Récit d’un hôte WWOOF : La ferme Haute Goat, d’hôte WWOOF débutant à vétéran

Jan 5, 2024

Debbie, l’extraordinaire hôte de la ferme Haute Goat, a pris un moment pour nous donner un aperçu de son expérience à titre d’hôte WWOOF Canada. Elle résume bien les joies de l’accueil. Nous la remercions vivement de nous avoir fait part de ses réflexions.

Pour en savoir davantage au sujet de la ferme Haute Goat ou pour y faire du WWOOFing, consultez son profil WWOOF Canada.

Lorsque nous avons déménagé à la ferme en 2015, j’étais à peu près certaine que j’arriverais à m’occuper de tous les animaux et des tâches toute seule. Après tout, j’avais supervisé la reconstruction de la partie de la grange qui devait servir d’habitation aux chèvres et j’avais travaillé fort à la planification et à l’installation des clôtures. J’avais la situation en main. Ah! La vie nous réserve toujours des surprises. Notre petit troupeau de chèvres a grandi, nous avons acquis d’autres chevaux (qui ont ensuite eu des bébés), nous avons ramené à la maison de mignons alpagas (qui ont aussi eu des bébés), j’ai avancé légèrement en âge, et soudainement, les « tâches » sont devenues un peu plus compliquées et elles prenaient beaucoup plus de temps.  

J’avais entendu parler de l’organisation WWOOF, alors je me suis informée. Il s’agit en quelque sorte d’un service de rencontre entre des fermiers et des bénévoles venant de partout dans le monde qui ont envie d’en savoir davantage sur l’agriculture, sur le peuple canadien, d’améliorer leur français (ou anglais) ou simplement de découvrir le monde. Le tout me semblait extraordinaire, alors je me suis inscrite. C’est en effet extraordinaire.

Les bénévoles travaillent fort à la ferme et participent souvent aux « Shmurgles, Shuffles and Toodles » avec nos groupes. Nous estimons qu’elles et ils enrichissent l’expérience de nos visiteurs puisque ces derniers aiment rencontrer ces aventurières et aventuriers venant de partout dans le monde.   La majorité sont jeunes, ayant souvent pris un congé d’un an de leurs études. Parfois, ils sont plus âgés. Nous avons accueilli des WWOOFeurs âgés de plus de 60 ans. Certaines des expériences sont incroyables. Une jeune Japonaise ne parlant pratiquement pas l’anglais mais tenant absolument à changer le monde nous a grandement impressionnés. Son objectif était d’apprendre à faire le « spiel » – l’introduction à notre Shmurgle – avant son départ. Chaque soir, au souper, elle répétait une phrase, jusqu’au jour où elle a été capable d’enfiler toutes les phrases l’une à la suite de l’autre. Le jour précédant son départ, elle a réussi à mener l’introduction pour un groupe de visiteurs enthousiastes.

En 2017, une Allemande a communiqué avec moi pour me demander si son âge présentait un problème pour nous. Elle était âgée d’un peu plus de 50 ans. Comme j’avais un peu plus de 60 ans à l’époque, je n’y voyais aucun inconvénient! Elle est donc venue, elle a travaillé plus fort que tous les autres et… elle est revenue trois autres fois. Elle était directrice commerciale dans une aciérie allemande et voulait vivre quelque chose de différent. À sa quatrième visite, elle m’a annoncé, sans me le demander, qu’elle déménageait à la ferme et qu’elle travaillerait ici. J’ai dit « hourra »! Elle est restée avec nous pendant quatre ans. Au cours des années passées avec nous, elle s’est intégrée à notre famille et elle a grandement contribué à la croissance de notre ferme.

Il serait négligent de ma part de ne pas mentionner l’incroyable Hitarth. Si vous êtes déjà venu(e) à la ferme, vous l’avez rencontré. Formé comme ingénieur électrique en Inde, il est venu au Canada pour obtenir sa maîtrise en affaires à Schulich. Ensuite, il y a eu la COVID; il n’était pas facile de trouver un emploi. Il nous a toutefois trouvés et a commencé à travailler à titre de WWOOFeur. Aujourd’hui, il est un employé de la ferme et il fait partie de la famille.  

Parmi les plus de 400 bénévoles qui sont passés ici, seuls deux ou trois ont présenté des problèmes. Certains sont très travaillants, d’autres moins. Mais chacune et chacun arrive avec son histoire et repart avec une multitude d’expériences. Chaque personne laisse derrière elle une partie d’elle-même. Quand on se promène à la ferme, il est formidable de se remémorer la personne qui a peint un mur précis, celle qui a réparé la clôture, celle qui a construit une structure pour les chèvres, et plus encore. Je crois fermement que nos WWOOFeurs contribuent grandement à rendre l’expérience de nos visiteurs à la ferme plus chaleureuse. Ils ont aussi joué un rôle clé dans la croissance de la ferme.



Quelques photos de la ferme hôte Haute Goat :

Politique : Respect mutuel et résolution de conflit

Politique : Respect mutuel et résolution de conflit

Le WWOOFing consiste souvent en une rencontre entre des gens issus de cultures et d’horizons différents et d’âges variés. Des malentendus surviennent parfois; nous sommes tous amenés à grandir. Le fait de partager son quotidien avec des étrangers exige de porter une...

La passionnante transition de WWOOF Canada!

La passionnante transition de WWOOF Canada!

Le 1er février 2024, WWOOF Canada a connu plusieurs changements importants. Becky Young, Directrice exécutive de longue date de WWOOF Canada, a pris sa retraite, WWOOF Canada est officiellement devenu un organisme à but non lucratif et un conseil d'administration a...